Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les pingouins de Paris voudraient bien qu’on la ferme.

Publié le par les vicomtes de brageole

Avec la montée des eaux et par conséquent la diminution du trait de côte nous reconnaissons aux pingouins parisiens l’invention du « loonnge côôôôte » mais c’est tout.

Les Sétois préfèrent marcher sur leur terre.  
 

Aujourd’hui, les voilà qu’ils voudraient changer le langage du Sétois.

En réalité ils voudraient que le Sétois « ferme sa gueule »


L’histoire se passe sur la terrasse d’un bar devant le marché (halles pour les parisiens).


Une équipe holliwounienne en quête d’oscar ou de palme d’or tourne une scène pour une grande série. Série qui occulte les sdf sous les ponts, l’exode des sétois vers d’autres cieux, et attire vers Sète un grand nombre de visiteurs de zoo gavés à la tielle.


Enfin bref les stars-pingouins sont attablées sur la terrasse du célèbre bar, les moteurs tournent, de nombreux visiteurs de zoo immortalisent avec leur téléphone les pingouins-parisiens qui dégustent un café, une scène dans le vif du zoo.

zoo, serie, dna, candice renoir, corrine lienhart, pngouin, parisien
les spectateurs

A côté des pingouins attablés, une horde de vicomtes de brageole et associés prennent le café comme chaque matin ... des habitués en quelque sorte.


Le ton de la discussion entre vicomte monte, un ton bien Sétois, et là le pingouin chargé de contrôler l’ambiance se tourne vers les vicomtes et leur demande en langage des signes de ne pas faire de bruit.

 

En Sétois ça se dit chut en mettant son doigt devant la bouche … mais en pingouin parisien ça se mime avec la main dans le style « ferme ta gueule».

Ne comprenant que le Sétois, les vicomtes insultés augmentent le son jusqu’à ce qu’une pingouine viennent leur expliquer avec diplomatie mais sans excuse, que le zoo plie bagage… la scène est terminée.

 

L’histoire ne dit pas si les pingouins ont payé la note.

On parle de la leur bien sûr.   

Partager cet article
Repost0

Janine la combative ...

Publié le par le Pouffre de Sète

On dirait que Monsieur le Maire n'est pas content !

Peut-être explique-t-il à Janine Léger que distribuer des repas aux SDF sur la voie publique, ce n'est pas bien, puisqu'on vous dit qu'il n'y en a pas, des SDF.

Qu'apporter des couvertures aux SDF qui dorment dehors, ce n'est pas bien puisqu'on vous dit qu'ils ne dorment pas dehors.

Que garer la camionnette des bénévoles sur un emplacement destiné aux livraisons, ce n'est pas bien puisqu'on vous dit que seule la Police Municipale a le droit d'y stationner!

Qu'occuper une petite partie du domaine public, ce n'est pas bien puisqu'on vous dit que le domaine n'est pas public pour tout le monde.

Alors, merci qui ? Merci Monsieur le Maire !

A Sète, on est fier d'avoir un Maire qui explique que ce n'est pas bien de transgresser la loi.

sete, commeinhes, janine, leger, sdf, maraude,
Monsieur le Maire et Janine

 

Partager cet article
Repost0

Le jeu de « 1 erreur » …

Publié le par les vicomtes de brageole

Jouez avec nous au jeu de 1 erreur et gagnez un mois

de stationnement sous l’esplanade Aristide Briand.

raspoutine, poutine, joel monnier, mireille toussaint, sete, ukraine, russie,
Ras-Poutine par joël Monnier

 

Partager cet article
Repost0

Ils ont osé ...

Publié le par La mandroune

Ils ont osé ….défigurer le phare du mole Saint Louis à Sète.

Construit en 1861 en pierre de Cassis le phare est démoli en 1944 par l’armée allemande. Il sera reconstruit en 1948 en pierre de Frontignan ou habitent nos ennemis intimes.

Sur une plaque à l’entrée du phare on peut lire une citation de Paul Valéry « son œil mobile mêlé aux éclairs de périls, l’eau riante et la danse infidèle des vagues »

Aujourd’hui ils n’ont pas hésité à installer une grue sur ce monument historique. Une grue qui servira pour le carénage des yachts de la Marina ….

Drôle d’idée !!!

phare mole saint louis sète, poisson d'avril, premier avril,
phare saint louis sète

 

 

Partager cet article
Repost0

"Qui mieux qu’une femme …

Publié le par Janine Yessad Léger

"Qui mieux qu’une femme …

... Peut nous parler des droits des femmes quand ils sont bafoués !"

Nous avons donné la parole à Janine Yessad Léger.

Ce 8 Mars, journée internationale des droits des femmes, je cède la parole à deux jeunes femmes rencontrées dans la rue. Leur témoignage est simple et direct et ce qu'elles demandent mérite d'être entendu.

Appelons-les Jessie et Nathalie.

 

Jessie

J'ai 26 ans. Je n'ai pas de parents, ils m'ont mise à la DDASS (aujourd'hui ASE). J'ai rencontré mon père pour la première fois à l'âge de 9 ans. Il était SDF. J'ai été mariée 2 fois. J'ai un petit garçon de 7 ans dont on m'a retiré la garde. Je suis à la rue depuis 8 mois, depuis ma sortie de prison pour vol.

Nathalie

J'ai 41 ans, j'ai eu mon premier enfant à 16 ans puis un deuxième et j'ai vraiment assuré jusqu'à sa majorité. Mon frigo était toujours plein parce que je faisais les poubelles ou je glanais. Et puis j'ai fait un burn-out. Je suis à la rue depuis 8 ans maintenant et j'ai fait au moins 20 squats depuis.

Jessie

J'ai un début de cirrhose et des problèmes dentaires. Mon père était alcoolique et je le suis aussi.

Nathalie

Dans la rue, nous sommes presque tous alcooliques, à cause du froid. Et puis ça occupe, et ça fait rire...

J'ai la maladie de Verneuil alors je n'ai pas beaucoup de défenses immunitaires. Et puis j'ai aussi la maladie du béton (rires)! Personne ne la connaît celle la mais nous l'avons tous! Ce sont des plaques dures qui se forment sur les fesses, à force de rester assis sur le béton...

Jessie

Dans les douches communes, on attrape souvent des mycoses. Moi je me douche toujours avec des sandales en plastique.

Nathalie

Faire la manche, c'est pas facile. Il faut faire des efforts pour parler, plaisanter, se montrer agréable avec les gens. Moi je vouvoie tout le monde. Quand tu es par terre, tu as intérêt à vouvoyer....

Jessie

Moi je n'ai pas le courage. Des fois c'est quand je dors que je ramasse le plus. Quand je me réveille, je vois des fois 10 ou 15 euros dans ma soucoupe !

Nathalie

Le monde de la rue met tout le monde au même niveau. Il n'y a pas de jugement entre nous mais il faut toujours être sur ses gardes, surtout nous, les femmes.

Jessie-Nathalie

On est agressé psychologiquement et physiquement, c'est-à-dire sexuellement. Certaines femmes arrivent à se défendre mieux que d'autres. Des fois on se rend moche exprès pour avoir la paix.

Cet hiver, il y avait des jeunes, c'étaient pas des SDF, qui ont jeté plusieurs fois nos affaires dans le canal ou dans les poubelles, pour s'amuser.

Mais le plus dur dans la rue, c'est la nuit, le froid, le vent, la pluie.

Jessie

Moi je préfère dormir sous un escalier avec des rats plutôt que dehors.

Nathalie

Il y a un mois, j'ai fait une hypothermie. J'ai passé la journée sous perfusion à l'hôpital et puis je suis retournée dans la rue. Des fois, je dors dans des buissons.

Jessie

Certains commerçants sont solidaires. On leur donne un coup de main et ils nous donnent de la nourriture. Surtout dans la rue Honoré Euzet.

Nathalie

Moi c'est un resto "à emporter" de la rue Mario Roustan qui m'apporte ce que les clients ne sont pas venus chercher.

Jessie-Nathalie

Sans abri, c'est difficile d'avoir beaucoup d'affaires. On met tout dans un sac qu'on transporte avec nous. Dans certaines villes, il y a des vestiaires pour les sans abris, c'est bien.

On peut trouver à manger et aussi des vêtements mais on manque surtout de sous-vêtements et de produits d'hygiène. Rester propre c'est important. Mais c'est difficile. On n'a pas toujours accès aux douches. Dans certaines, l'eau qui coule est froide. Les autres, à Victor Hugo sont fermées à cause des travaux. On a besoin de lingettes nettoyantes.

Oui le plus dur pour nous, c'est l'hygiène, surtout quand on a nos règles.

Nathalie

Les toilettes publiques sont parfois fermées et là, tu es obligée de faire tes besoins dans la rue. Je le fais parfois entre deux voitures. Pas le choix...

Jessie-Nathalie

La vie dans la rue, dans la journée tu t'y habitues, surtout quand tu as pratiquement connu que ça.

Mais dormir dehors, c'est dur. Et quand tu trouves un squat, tu as toujours peur d'être agressée ou d'être délogée.

Jessie

Ce que j'aimerais, c'est avoir une petite caravane.

Nathalie

Moi j'aimerais bien avoir un appart.

Jessie-Nathalie

Ce qu'on voudrait surtout, c'est être respectées. C'est notre droit.

 

 

Partager cet article
Repost0

L'avis du Schtroumpf grognon...

Publié le par Dessins Miss Lilou

Partager cet article
Repost1

Le parking Aristide Briand selon bouche de baudroie

Publié le par les vicomtes de brageole

Devant le marché ce matin ...

Arapète : Ho comment vas-tu ça fait des mois que je te vois pas

Mandroune : Tu sais l’hiver je fais comme les tortues je reste dans ma coquille.

Arapète : T’en fais une belle de tortue je te dis que ça.

Mandroune : Et toi comment vas-tu ?

Arapète : Ecoute, je vais au marché tous les jours sauf le mercredi car y a trop de monde et avec le covid je fais toujours attention. Par contre le samedi je vais à la manif !

Mandroune : A la manif ? Quelle manif ?

Arapète : Hé bé celle du « parkinge » de l’esplanade centrale, pour sauver les arbres, le kiosque et le puit …..

Mandroune : Encore ce « parkinge » mais t’es pas au courant ?

Arapète : Au courant de quoi ?

Mandroune : Au courant que « ne le répète pas au moins » tu sais la cousine de mon voisin qu’on appelle  « la midinette » ! Celle qui travaille à la commune, elle a rencontré mon amie « bouche de baudroie » et tu sais ce qu’elle lui a dit ?

Arapète : Non accouche ne me fait pas mijoter !

Mandroune : Elle lui a dit « ne le répète pas au moins ? »

Arapète : Mais non tu me connais quand même ?

Mandroune : Elle lui a dit qu’elle avait entendu dire dans les couloirs que le « parkinge » hé bé le Maire il n’a pas envie de le faire maintenant. Il verra de le faire après, si le « bondieu veut » …. Et tu sais que en politique quand on dit après c’est pas demain la veille.

Arapète : Mais pourquoi il laisse faire les manifestations, les pétitions et tutti quanti ?

Mandroune : il parait que ça lui permet de tâter le terrain et puis ça lui sert de sondage pour plus tard.

Arapète : Si ta « bouche de baudroie » pouvait avoir raison, ça m’éviterait de manifester le samedi et je pourrais faire mon repassage parce que mon fils le « gommeux » il en fini pas de roumèguer. Et ma chemise est pas prête, et ma cravate, et mon pantalon ….

Enfin que le « bondieu t’entende » !

Mandroune : Tu sais bouche de baudroie elle a une grande bouche mais aussi des bonnes oreilles de dauphin…. Aller à plus y a le car qui arrive, je re-monte au quartier haut … bisesss

 

Tous les mots que vous ne comprenez pas sont expliqués dans le Sète à Dire de Raymond Coves illustré par Pierre François.

Pour ceux qui n’existent pas posez vos questions en commentaire, nous répondons 24 h / 24 h. Ou alors adoptez un petit Sétois qui traduira.

A Sète la négation est souvent affirmative ….

Vous pouvez page accueil cliquer sur « le parlé sétois »

Prenez en note.

sete, parking, place aristide briand, commeinhes, bancs publics, joel monnier
"remets-le là où il était ! finalement ça m'arrange !"

 

Partager cet article
Repost0

Place Aristide Briand le projet de parking évolue ….

Publié le par les vicomtes de brageole

Place Aristide Briand le projet de parking évolue ….

Après la découverte d’un puits sous l’esplanade (voir midi libre ci-dessous) le projet est maintenu et le service à la clientèle sera amélioré !

En effet, en plus du parking il est prévu une station de lavage.

Le prix du lavage sera inclus dans le prix du stationnement.

Pour 10 heures, 1 lavage gratuit !

Pour 20 heures, 1 lavage avec séchage !

photo midi libre du 18 Janvier 2022

 

Partager cet article
Repost0

brève du comptoir des vicomtes …

Publié le par les vicomtes de brageole

Sur le pouvoir d’achat

Après la baguette à 29 centimes,

bientôt la pipe à 1 € ….

promotion

 

Partager cet article
Repost0

hommage à Pierô

Publié le par les vicomtes de brageole

"Rétro"

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>