Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

culture

Le Pronom "IEL" fait son entrée dans Le Robert...

Publié le par Dessins Miss Lilou

Cet article est reposté depuis Dessins Miss Lilou.

Partager cet article
Repost1

Même les « estrangers du dehors » aiment Sète.

Publié le par les vicomtes de brageole

Que va-t-il nous rester à nous les autochtones, si les estrangers du dehors écrivent des mots d’amour à notre « Cetta ».

Tout y est passé au peigne fin, si on voulait trouver des poux on en trouverait, nous en avons trouvé (chut). Mais nous ne sommes pas des « balances »… motus.

Il parait qu’il se vend bien. Normal avec tous ces snobinards qui vont aux  halles pendant que nous, on va au marché il y a le bon créneau….

Au fait ils n’ont pas oublié le Quartier Haut. Un super papier !

Rien que pour ça je vous recommande pour le papa noël "le lexique amoureux de Sète"

Et puis ils sont sympa les amoureux Jocelyne Fonlupt-Kilic / Bernard Lonjon / Bernard Wagnon … 

Jocelyne Fonlupt-Kilic / Bernard Lonjon / Bernard Wagnon
dans toutes les librairies

 

Publié dans culture, actualité, patrimoine

Partager cet article
Repost0

l'Almanac Setori es sortit !

Publié le par Jordan Seta

ES SORTIT !
Il y a un an, avec le Cèucle occitan setòri, nous avons souhaité faire renaître l'Almanac Setòri pour, tout à la fois, l'inscrire dans la continuité de son aïeul de la fin du XIXe, mais en le réinventant à l'image du Sète d'aujourd'hui.
C'est donc une nouvelle formule qui vous est ici proposée : textes humoristiques, chroniques médiévales, humeurs, témoignages, joutes, dessins, recettes, anthropologie populaire et œuvres d'arts font de ce "Novèl Almanac Setòri e de las ribas de Taur" l'objet hybride, bilingue et intergénérationnel idéal à mettre sous tous les sapins de Sète et d'ailleurs
En plus il est très beau.
pour le commander👉
(tant qu'il en reste) : oc.setori@gmail.com 15 €
 
Sera présent en librairie à Sète.
Siam de Seta,
siam de Sant-Clar,
siam de Bordiga, se viram pas.
 
sete, almanac setori, jordan seta,
almanac setori 2022

 

Partager cet article
Repost0

Mais ou sont les Automn’halles d’avant …

Publié le par les vicomtes de brageole

Ou est passé cet évènement populaire qui avait pris ses marques dans le marché  et dans les rues aux alentours.

Souvenons-nous du premier salon litéraire de l’automne 2010 ! Où la littérature faisait son marché comme on dit à Sèèteuuu ..

Les organisateurs :

  • Marie Ange Hoffman
  • Nelly Milano
  • Anne Contet
  • François Mottier
  • Michka Sinistera
  • André Robert (crieur)
  • Hervé Leblanche
  • Pierre Lasne
  • Tino Di Martino

Et 40 écrivains … sur le marché Sétois. Sans chichi, sans complexe, à la mode de Sète.

Que les temps ont changé !

La faute au réchauffement climatique de la culture sétoise.

automn'halles 2010
1er Salon litéraire

 

Partager cet article
Repost0

Clin d’œil à « la petite » ...

Publié le par les vicomtes de brageole

Découvrez le livre de Janine Yessad Léger au salon des auteurs indépendants le 2 et 3 Octobre 2021.

Née à Oran en 1951, Janine Yessad Léger arrive en région parisienne en 1962 puis s'établit à Sète en 1992. Mariée et mère de 4 enfants, elle enseigne en Service de Psychiatrie Infanto Juvénile et en Institut Médico Educatif. Militante associative, Conseillère Municipale de 2001 à 2014, elle chante aussi le blues à l'occasion.

La petite" raconte ses origines algériennes et le drame qui a marqué son enfance.

sete, litterature, salon, janine Yessad Leger,
La petite

 

Partager cet article
Repost0

C est ce soir que ça se passe avec Claude Combas "alias Clôdius"

Publié le par les vicomtes de brageole

Bar tapas galerie d'art

aqui sien ben

5 quai Maximin Licciardi

Sèèète !

Ne manquez pas le discours

d'ouverture à 18 h 15 précise

sete,clode combas,aqui sien ben,combas,
art brut les guerriers
clode combas, clodiaus, aqui sien ben, sete,
invitation

 

Partager cet article
Repost0

Siàm de Seta !

Publié le par texte de Franck Lapoutge

Selon Franck Lapoutge Chuck Norris est sétois !

"Nous aussi on est de Sèteuuu !"

Le Sétois :

- Le Sétois peut encercler ses ennemis, tout seul.

- Quand Le Sétois pisse face au vent, le vent change de direction.

- Le Sétois ne porte pas de montre, il décide de l'heure qu'il est.

- Le Sétois peut diviser par zéro.

- Quand Google ne trouve pas, il demande au Sétois.

- Certains hommes ont le testicule gauche plus gros que le droit, chez le Sétois chaque testicule est plus gros que l'autre.

- N'en déplaise à Charles Darwin il n'y a pas de théorie de l'évolution, juste une liste d'espèces que le Sétois autorise à survivre.

- Le Sétois et Superman ont fait un bras de fer, le perdant devait mettre son slip par-dessus son pyjama.

- Le Sétois mesure son pouls sur l'échelle de Richter.

- Le Sétois connaît la dernière décimale de Pi.

- Le Sétois a tagué le mur du son.

- Quand la tartine du Sétois tombe par terre, la confiture change de côté.

- Dieu voulait créer l'univers en 10 jours, le Sétois lui en a donné 6.

- Le Sétois dort avec la lumière allumée, ce n'est pas parce qu'il a peur du noir mais parce que le noir a peur de lui.

- Le calendrier du Sétois passe du 31 mars au 2 avril, personne ne fait de blague au Sétois.

- Le Sétois ne ment pas, c’est la vérité qui se trompe.

- Le Sétois ne peut pas être conçu in vitro, on n’entube pas un Sétois.

- Le Sétois ne vit pas sur la Terre, c'est la Terre qui se trouve sous Le Sétois.

- Selon la légende il y aurait un spermatozoïde de Sétois dans un lac Écossais.

- Les ennemis du Sétois lui disent souvent d’aller au diable, le diable aimerait bien qu’ils arrêtent.

Vous aussi faites comme Franck Lapoutge dévoilez vos qualités …

 

jacque blin, Alain camélio, philippe carcasses, pierre francois, Toussaint Roussy,
gravure de Toussaint Roussy (extraite du livre les types sétois édité par le cercle occitan sétois 2010)

 

Partager cet article
Repost0

Sète, 2ème salon des auteurs indépendants !

Publié le par les vicomtes de brageole

 

sete, jeanine léger, la petite, salon des auteurs
salon des auteurs indépendants

 

Publié dans actualité, culture, évènement

Partager cet article
Repost0

Exposition de Claude Cabrol au Quartier Haut Sète

Publié le par les vicomtes de brageole

 

claude cabrol, exposition, peinture, grande rue haute, quartier haut, atelier étoile

 

Publié dans culture, exposition, évènement

Partager cet article
Repost0

La bonne étoile de Mbaba !

Publié le par repost de bleu ici plus qu'ailleurs

MBaba Camara, apprenti boulanger chez Jean-Philippe Bon rue Longuyon à Séte.
On ne naît pas tous avec les mêmes chances. Parfois il faut prendre des risques insensés pour tout simplement vivre sa vie. C’est ce qu’a fait MBaba, jeune Malien de 18 ans en rejoignant la France et Séte.
Retrouvez son histoire ci-dessous.
Bonne lecture.
Eric
@ Portraits
#D’ici et d’ailleurs
La bonne étoile de Mbaba
Bourdala, Ouest du Mali, mars 2019
Baba, 15 ans, et quatre de ses amis, vont entreprendre au péril de leur vie le grand voyage de l’espoir.
Depuis son plus jeune âge, Baba, fils cadet d’une famille éclatée de quatre frères, vit avec son oncle dans la petite ville de Bourdala au nord-ouest du Mali. Ses journées se passent entre l’école communale, les jeux avec ses amis sur la piste de terre qui traverse le bourg et le travail au potager familial.
Baba est un enfant heureux, il aime l’école et ses amis. Sa vie sur place est insouciante et le jeune enfant poursuit une scolarité exemplaire. Privé de sa maman depuis longtemps, Baba vit dans un univers masculin. Son quotidien est déterminé par son papa et son oncle qui dirigent sa vie et vont forcer son destin à la veille de son entrée au collège. Ce jour-là Baba apprend avec stupéfaction qu’il va devoir arrêter l’école pour se consacrer aux tâches familiales et en particulier à l’entretien du potager. Il ne comprend pas. Dans sa tête, il imaginait déjà de longues années d’études qui devaient l’amener vers un beau métier et un autre destin. A Bourdala, tout le monde sait que « les grands-frères » organisent des voyages vers l’Europe. Baba et ses amis, mécontents de l’avenir qu’on leur dessine s’intéressent au sujet et se laissent finalement facilement entraîner et convaincre par leurs ainés. Ils y réfléchissent en catimini pendant une année complète.
Janvier 2019, le départ approche
Baba a 16 ans et sa famille vient de découvrir son projet. Contrairement à ce qu’il craignait, on lui souhaite « bonne chance et bon voyage » et on ne le retient surtout pas ! Il comprend à ce moment-là que sa vie va basculer… Deux mois plus tard, « les grands-frères » appellent les enfants et leur proposent un départ prochain. La petite équipe des cinq copains va quitter le village, entassée à l’arrière d’un camion déglingué pour voyager à travers le désert en direction d’une destination qu’ils ne connaissent pas.
Mars 2019, c’est le départ d’un parcours éreintant qui va durer une semaine, la circulation se fera de nuit pour éviter les contrôles et les attaques. Cap au nord, à travers l’ouest du Mali, la Mauritanie, le Maroc et enfin un lieu d’embarquement inconnu au bord de la mer Méditerranée. Dans cette zone d'Afrique de l'Ouest, de nombreux migrants témoignent de violences inouïes auxquelles ils ont survécu sur la route : brûlures avec de l’huile chaude, électrocutions, violences sexuelles, prostitution forcée ou esclavage. En Afrique de l’Est et du Nord, les prédateurs sont des djihadistes ou les passeurs eux-mêmes. Sur la route de Baba et de ses amis, les risques sont principalement le fait des forces de sécurité et de la police, mais ça, les « les grands-frères » ne le leur ont pas dit.
La bonne étoile de Baba
Heureusement pour eux, la petite équipe est protégée par une bonne étoile et une semaine après son départ et des milliers de kilomètres parcourus à travers le désert, elle arrive miraculeusement et sans encombre majeur à Nador (Maroc). A ce moment précis, la famille de Baba doit payer 600 000 Francs CFA (environ 1000 euros) aux passeurs ; le prix d’une vie pour embarquer sur un zodiac de fortune vers l’Europe !
10 mai 2019, Nador, plage de Marchica, 3 heures du matin
Il y a foule sur la plage, les bateaux sont en attente sur le sable. Dans le groupe de Baba ils sont 60 : 56 hommes et 4 femmes, plutôt bien tombés, car chacun d’entre eux se voit remettre un gilet de sauvetage vieillissant. Pour la plupart, ils ne savent pas nager. Ils vont embarquer en toute confiance sur les ordres « d’un capitaine bienveillant » en direction du Nord, de l’Europe et d’une vie meilleure. La nuit est courte et se passe sans encombre. Au matin, alors que le bateau est déjà au milieu de la Méditerranée, il est survolé par un hélicoptère espagnol. « Ce n’est pas grave, dit le capitaine, nous poursuivons notre route ». Dix heures plus tard, aux alentours de 18 heures, apparaît au large une vedette des garde-côtes espagnols qui va arraisonner le zodiac et donner l’ordre à tous les migrants d’embarquer à son bord. Paradoxalement pour Baba et ses amis, c’est déjà presque la fin du voyage. Dans l’insouciance de leurs 15 ans, ils sont heureux, chantent et dansent sur le pont, pendant que le bateau prend la direction de l’Andalousie espagnole et de l’Europe. .
L’Europe et la France
Le petit groupe est débarqué au port de Motril-Granada. Baba va être séparé de ses amis et en tant que mineur, sera envoyé dans un centre dédié aux migrants mineurs à Barcelone où il va rester trois mois. Durant cette période, les éducateurs vont tout tenter pour le faire rester en Espagne, mais Baba veut autre chose. L’espagnol lui est inconnu, il parle français et veut vivre en France. Pour lui le voyage n’est pas fini. L’encadrement ne cède pas, alors Baba arrête simplement de manger. Au bout de quelques jours devant l’obstination et la détermination du jeune homme, ils vont céder et lui prendre un billet de train pour la frontière française. Baba quitte Barcelone durant l’été 2019 direction la France et la fin de son voyage. A Port Bou, il descend du train catalan pour sauter dans celui d’en face en direction de Montpellier, ville qu’il connaît grâce à son club de football. Le 9 septembre 2019, le jeune homme arrive à la gare de Montpellier Saint-Roch au milieu de la nuit. En sortant de la gare, il rencontre une personne bienveillante qui va l’héberger et lui conseiller de se rendre dès le lendemain au poste de police pour se signaler. Baba est confiant et écoute ces conseils ; sa bonne étoile le suit toujours, il est bien traité au commissariat, et est pris en charge immédiatement comme mineur isolé par des éducateurs du département.
Sète et la boulangerie
Les jeunes migrants sont répartis dans tout le département. Baba est envoyé à Sète où il va loger dans des hôtels d’accueil pendant dix mois. Durant cette période, le jeune homme découvre la ville et les sétois, s’y intègre parfaitement et prend goût à la vie française. Au mois de septembre 2020, après deux mois de stage d’initiation réussis chez Jean Philippe Bon, il signe son premier contrat d’apprentissage à la boulangerie de la rue Longuyon. Majeur aujourd’hui, il habite au foyer de l’habitat jeune et suit ses cours au CFA Camille Albano comme apprenti boulanger.
Baba est heureux de faire tous les jours le pain avec Jean Philippe et partage avec lui une complicité évidente. Le jour de notre entretien, il conclura notre rendez-vous avec un grand sourire et une phrase définitive : « la France m’a donné ma chance, m’a formé et m’a instruit. Je suis heureux. Merci la France ».
Eric Peyre
NB : Sur cette route migratoire de l’Afrique subsaharienne, entre 2018 et 2019, 1750 personnes ont officiellement trouvé la mort, ce qui représente environ 72 décès par mois. A cela s’ajoutent environ 1200 migrants qui ont perdu la vie noyés dans la Méditerranée en tentant de rejoindre l’Europe sur des embarcations de fortune. L’espoir d’une vie choisie a une contrepartie périlleuse surtout quand on est né dans un village quelque part en Afrique
Vous pouvez retrouver Baba et tous les grands formats Bleu en cliquant sur le lien ci-dessous:
 
mbaba, bleu ici plus qu'ailleurs, magazine bleu, Eric peyre,
la bonne étoile de Mbaba
 
Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 > >>