Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

politique

Les News Pergolines : le groupe Ensemble pour Sète pose la Question en conseil municipal.

Publié le par les vicomtes de brageole

A propos du projet des nouvelles Pergolines

La question est posée sur le devenir du foncier actuel. Certaines inquiétudes sont émises quand à la cession du site actuel à un promoteur. Plus largement, la volonté politique du Maire depuis 21 ans à défendre l’hôpital de Sète et prendre soin de nos ainés a également été débattu dans un échange clair et un constat implacable.

Conseil municipal du 12 décembre 2022 – Interventions de Laura Seguin et Sébastien Denaja (Ecouter et voir la vidéo a partir de la 43 ème minute)

Partager cet article
Repost0

Les News pergolines ! la position de François Liberti

Publié le par les vicomtes de brageole

LES PERGOLINES !!!

(selon François LIBERTI)

Projet d’un nouvel Ehpad ou projet d’une nouvelle opération immobilière ?

Jeudi 27 novembre, le journal Midi Libre a révélé le projet du déplacement de l’Ehpad des Pergolines et sa reconstruction, non pas sur son site actuel, mais dans le cadre d’un échange de terrains entre la ville et les hôpitaux du Bassin de Thau.

 

La ville serait prête à mettre à disposition un terrain pour la reconstruction de l’établissement situé derrière l’école Jean Macé, en contrepartie d’une parcelle des Pergolines (12%) pour la construction d’un pôle sportif. Mais que va devenir le reste du foncier ?

 

Quand l’on sait que la zone des parkings a déjà été cédée à un promoteur privé pour y construire de nouveaux immeubles, on peut aisément supposer que ce déménagement va ouvrir la voie à une vaste opération immobilière dans un secteur où le béton a saccagé l’entrée ouest de la ville.

 

Cette opération rappelle étrangement celle réalisée à la Corniche sous les années Marchand (début 90) avec là aussi la proposition faite par la ville d’un échange de terrain, l’emplacement de l’Hélio Marin, dépendant de l’hôpital, contre le terrain occupé par le camping municipal des Quilles, où a été construit les Pergolines.

 

D’un côté un espace d’accueil de tourisme de plein air, qui a disparu, de l’autre l’urbanisation massive des falaises de la Corniche après la démolition de l’Hélio Marin et de l’église du Lazaret.

 

L’opération de transfert qui est aujourd’hui annoncée est d’autant plus inquiétante parce qu’elle est basée sur une réduction massive de l’accueil de nos ainés, avec 50% de suppressions de lits sur le long séjour, et de 20 lits d’Ehpad, plus la suppression des postes des personnels qui va avec.

 

En clair, ce projet va réduire massivement l’offre d’accueil, alors que nous sommes déjà en grande pénurie qui va s’aggraver en raison du vieillissement de la population.

 

L’Ehpad des Pergolines, comme les hôpitaux du Bassin de Thau, dépend du budget de la Santé pour ses investissements. Alors que le projet de rénovation de l’Ehpad des Pergolines est programmé

depuis plusieurs années, qu’en est-il de son financement sur le budget du ministère de la Santé ?

 

Maire de Sète, et président du Conseil d’Administration de l’hôpital de 1996 à 2001, c’est avec une mobilisation des élus du Bassin de Thau et de la direction de l’établissement que nous sommes allés chercher au ministère de la Santé, la décision de la création de l’Hôpital Intercommunal du Bassin de Thau avec les financements pour l’hôpital, l’Ehpad d’Agde, de Vias, et de Montblanc, ainsi que pour le bloc opératoire de Sète, pendant que la population de Sète et les personnels de Santé manifestaient dans les rues de la ville.

 

Plutôt que de faciliter une opération immobilière, et la fermeture de lits médicalisés pour l’accueil de nos ainés, il y a urgence à reprendre le dossier par le bon bout : Son financement sur le budget de la Santé.

 

François Liberti

Ancien député maire de la ville de Sète

 

Francois Liberti, topokemonstre, topolino, Marc combas, combas
Francois Liberti en Topokemonstre de Topolino

 

Partager cet article
Repost0

Les news pergolines, les syndicats rentrent dans la danse !

Publié le par les vicomtes de brageole

Les news pergolines, les syndicats rentrent dans la danse !

Mais, comme d’habitude, chacun son style… 

Un tango pour la CGT qui s’inquiète pour la suppression de postes.

Une valse pour FO qui a voté en faveur du projet et qui trouve trop facile le tango de la CGT.

Quand les citoyens ont besoin d’union pour un projet, il ne faut pas compter sur eux.

Aucun ne parle de la situation géographique des news pergolines et du projet de paradis annoncé dans la presse locale.

Aucun ne parle de l’avenir du terrain actuel des pergolines…

Ils sont muets quand il faut parler et bavards pour demander le soutien des citoyens.

Les citoyens que nous sommes ne veulent pas du transfert des pergolines.

En ont-ils conscience ?!

Prochainement nous interpellerons les élus qui siègent au conseil de surveillance et au conseil municipal.

Mais peut-être que le projet des news pergolines a obtenu le consensus de l’arc en ciel ?(rouge, vert, bleue, jaune, rose, noir...)

veronique moroy, cgt, patrick jean, fo, francois commeinhes,pergolines,sete
midi libre du 27/10/2022

 

Partager cet article
Repost0

Janine la combative ...

Publié le par le Pouffre de Sète

On dirait que Monsieur le Maire n'est pas content !

Peut-être explique-t-il à Janine Léger que distribuer des repas aux SDF sur la voie publique, ce n'est pas bien, puisqu'on vous dit qu'il n'y en a pas, des SDF.

Qu'apporter des couvertures aux SDF qui dorment dehors, ce n'est pas bien puisqu'on vous dit qu'ils ne dorment pas dehors.

Que garer la camionnette des bénévoles sur un emplacement destiné aux livraisons, ce n'est pas bien puisqu'on vous dit que seule la Police Municipale a le droit d'y stationner!

Qu'occuper une petite partie du domaine public, ce n'est pas bien puisqu'on vous dit que le domaine n'est pas public pour tout le monde.

Alors, merci qui ? Merci Monsieur le Maire !

A Sète, on est fier d'avoir un Maire qui explique que ce n'est pas bien de transgresser la loi.

sete, commeinhes, janine, leger, sdf, maraude,
Monsieur le Maire et Janine

 

Partager cet article
Repost0

Le jeu de « 1 erreur » …

Publié le par les vicomtes de brageole

Jouez avec nous au jeu de 1 erreur et gagnez un mois

de stationnement sous l’esplanade Aristide Briand.

raspoutine, poutine, joel monnier, mireille toussaint, sete, ukraine, russie,
Ras-Poutine par joël Monnier

 

Partager cet article
Repost0

Disponible en librairie « Bassin de thau une histoire coopérative »

Publié le par les vicomtes de brageole

Disponible en librairie « Bassin de thau une histoire coopérative »

Elle est la plus importante coopérative conchylicole de France en nombre d’adhérents. Elle a eu cinquante ans en 2019. La coopérative des Cinq Ports (Marseillan, Mèze, Loupian, Bouzigues et Sète) permet d’acquérir à moindre coût des tables d’élevage d’huîtres et de moules sur la lagune de Thau, moyennant le versement à la coopérative d’un capital échelonné mensuellement sur plusieurs années. Ce capital est remboursé au moment de la cessation d’activité ou du départ en retraite. Les tables reviennent à la coopérative, favorisant ainsi l’installation de nouveaux conchyliculteurs et conchylicultrices au fil des ans.

L’étang de Thau relève du domaine public maritime. Les concessions conchylicoles y font l’objet d’autorisations d’occupation temporaires (AOT) accordées par l’Etat. Les premières expériences d’élevage d’huitres et de moules à l’étang datent de la fin du XIX° siècle, pour connaître un essor important après 1945. Ces tables conchylicoles étaient souvent achetées par des viticulteurs ou par des professions libérales.

 

Les conflits d’usages avec les pêcheurs de l’étang furent nombreux tout au long du XX° siècle, l’implantation de ces tables les privant de lieux privilégiés de pêche de coquillages. Au début des années 60, les « parqueurs » réclament à l’Etat un remembrement pour rationaliser l’installation de ces tables et agrandir leur périmètre d’implantation. Les pêcheurs, qui y voient une fois encore la colonisation de « leur » espace considéré comme naturel, réclament en dédommagement l’obtention de tables pour leur profession. A la faveur du soulèvement de mai 1968, ils posent à nouveau leurs conditions. Après plusieurs manifestations et blocages, réunions et concertations entre Etat, parqueurs, représentants syndicaux des pêcheurs et prud’hommes de l’étang, un accord est enfin trouvé. Le 29 juin 1968, les pêcheurs obtiennent 340 concessions, soit 680 tables, représentant un quart de l’ensemble des concessions existantes et fondent dans la foulée une coopérative pour les gérer collectivement.

 

La création des Cinq Ports, le remembrement des tables, leurs nouvelles implantations, régulières, organisées par lignes et par zones telles qu’on les connaît aujourd’hui, marque le début de l’expansion de la conchyliculture dans l’étang de Thau.

 

Un ouvrage collectif retrace cette histoire, pour l’inscrire dans l’histoire des luttes porteuses d’innovation sociale et en transmettre la mémoire. Il réunit les collaborations de Didier Aspa, Denis Regler, Christian Dorques, Hélène Morsly, Pierre Sécolier, Nicole Martelly, Erika Gervasoni.

Direction artistique : Cécile Doumayrou. Photographies d’Alain Tendero.

 

Parution : décembre 2021. Ed. Mémoires&Territoires : mt7@orange.fr

Disponible dans les librairies du Bassin de Thau et par correspondance en envoyant un chèque de 25 euros + frais de port à : Mémoires&Territoires / 35bis Avenue de Sète / 34560 Poussan.

le livre

 

Partager cet article
Repost0

Depuis quand on t’oblige à voter ?

Publié le par les vicomtes de brageole

Arapète : Alors depuis le temps comment tu vas ?

Mandroune : Ecoute je sors plus … je suis juste sortie pour les élections parce que mon mari m’a « embouliquée » (1). Tu sais moi j’aime bien les couleurs mais là c’était l’arc en ciel. Entre les verts qui passent à l’orange et qui virent au jaune au dernier moment sans annoncer la couleur et les bleus coloriés en vert il y a de quoi  provoquer un trou noir.                                                                                                  

Arapète : hou j’ai l’impression que t’as les boules.

Mandroune : Oui et en plus je ne comprends pas cette obligation de voter !

Arapète : Quelle obligation ?

Mandroune : Normalement il y avait deux élections ?

Arapète : Oui !

Mandroune : Qui dit 2 élections dit 2 bureaux de vote ! hé bé là non. Il y avait un seul bureau pour les deux élections. Tu votais pour les départementales et si tu ne voulais pas voter pour les régionales on te rappelait à l’ordre devant tout le monde … hep madame vous avez oublié de continuer votre vote. Effectivement j’avais oublié mais quelle « chcourne » (1) de se faire interpeller, tu me connais je suis devenu tout rouge.

Arapète : ho le rouge ça te change pas (rire)

Mandroune : Quand même c’est pas marqué sur mon front (re-rire). Avoue que c’est pas trop démocratique cette histoire. Voter Carole ça ne me dérangeait pas mais se faire rappeler à l’ordre en plein bureau ça la fout mal, quelle care ! (1)

(1) Tous les mots que vous ne comprenez pas sont expliqués dans le Sète à Dire de Raymond Coves illustré par Pierre François. Pour ceux qui n’existent pas posez vos questions en commentaire, nous répondons 24 h / 24 h. Ou alors adoptez un petit Sétois qui traduira. A Sète la négation est souvent affirmative …. Prenez en note.

Partager cet article
Repost0

Le coup passa si près …

Publié le par le chargé des commissions

Le résultat des élections départementales Sétoises connus, j’ai immédiatement pensé à après la bataille de Victor Hugo , allez savoir pourquoi ?

 

Peut être que 58 voix d’écart entre la Majorité Départementale et la Majorité Municipale me faisait penser à ce coup de pistolet qui fit tomber le chapeau du père ce héros au sourire si doux.

 

Victor HUGO


Après la bataille

Mon père, ce héros au sourire si doux,
Suivi d'un seul housard qu'il aimait entre tous
Pour sa grande bravoure et pour sa haute taille,
Parcourait à cheval, le soir d'une bataille,
Le champ couvert de morts sur qui tombait la nuit.
Il lui sembla dans l'ombre entendre un faible bruit.
C'était un Espagnol de l'armée en déroute
Qui se traînait sanglant sur le bord de la route,
Râlant, brisé, livide, et mort plus qu'à moitié.
Et qui disait: " A boire! à boire par pitié ! "
Mon père, ému, tendit à son housard fidèle
Une gourde de rhum qui pendait à sa selle,
Et dit: "Tiens, donne à boire à ce pauvre blessé. "

Tout à coup, au moment où le housard baissé
Se penchait vers lui, l'homme, une espèce de maure,
Saisit un pistolet qu'il étreignait encore,
Et vise au front mon père en criant: "Caramba! "
Le coup passa si près que le chapeau tomba
Et que le cheval fit un écart en arrière.
" Donne-lui tout de même à boire ", dit mon père.

sete, departementale, veronique calueba rizzolo, gabriel blasco,omar douich, stella morenas, françois escarguel, jocelyne gizardin,sylvaindominguez,horrida bouraoui

 

Partager cet article
Repost0

l'O est à nous ... Alors on vote !

Publié le par les vicomtes de brageole

Votation citoyenne du 22 mars au 13 avril

Ouverte à tous, dès 16 ans

« Êtes-vous favorable à l’inscription dans la constitution française du droit à l’eau et l’assainissement, à protéger l’eau et à interdire son accaparement par les multinationales ? »

 
Partager cet article
Repost0

"A quoi ça sert de voter ?"

Publié le par Dessins Miss Lilou

Cet article est reposté depuis Dessins Miss Lilou.

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>