Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Qui mieux qu’une femme …

Publié le par Janine Yessad Léger

"Qui mieux qu’une femme …

... Peut nous parler des droits des femmes quand ils sont bafoués !"

Nous avons donné la parole à Janine Yessad Léger.

Ce 8 Mars, journée internationale des droits des femmes, je cède la parole à deux jeunes femmes rencontrées dans la rue. Leur témoignage est simple et direct et ce qu'elles demandent mérite d'être entendu.

Appelons-les Jessie et Nathalie.

 

Jessie

J'ai 26 ans. Je n'ai pas de parents, ils m'ont mise à la DDASS (aujourd'hui ASE). J'ai rencontré mon père pour la première fois à l'âge de 9 ans. Il était SDF. J'ai été mariée 2 fois. J'ai un petit garçon de 7 ans dont on m'a retiré la garde. Je suis à la rue depuis 8 mois, depuis ma sortie de prison pour vol.

Nathalie

J'ai 41 ans, j'ai eu mon premier enfant à 16 ans puis un deuxième et j'ai vraiment assuré jusqu'à sa majorité. Mon frigo était toujours plein parce que je faisais les poubelles ou je glanais. Et puis j'ai fait un burn-out. Je suis à la rue depuis 8 ans maintenant et j'ai fait au moins 20 squats depuis.

Jessie

J'ai un début de cirrhose et des problèmes dentaires. Mon père était alcoolique et je le suis aussi.

Nathalie

Dans la rue, nous sommes presque tous alcooliques, à cause du froid. Et puis ça occupe, et ça fait rire...

J'ai la maladie de Verneuil alors je n'ai pas beaucoup de défenses immunitaires. Et puis j'ai aussi la maladie du béton (rires)! Personne ne la connaît celle la mais nous l'avons tous! Ce sont des plaques dures qui se forment sur les fesses, à force de rester assis sur le béton...

Jessie

Dans les douches communes, on attrape souvent des mycoses. Moi je me douche toujours avec des sandales en plastique.

Nathalie

Faire la manche, c'est pas facile. Il faut faire des efforts pour parler, plaisanter, se montrer agréable avec les gens. Moi je vouvoie tout le monde. Quand tu es par terre, tu as intérêt à vouvoyer....

Jessie

Moi je n'ai pas le courage. Des fois c'est quand je dors que je ramasse le plus. Quand je me réveille, je vois des fois 10 ou 15 euros dans ma soucoupe !

Nathalie

Le monde de la rue met tout le monde au même niveau. Il n'y a pas de jugement entre nous mais il faut toujours être sur ses gardes, surtout nous, les femmes.

Jessie-Nathalie

On est agressé psychologiquement et physiquement, c'est-à-dire sexuellement. Certaines femmes arrivent à se défendre mieux que d'autres. Des fois on se rend moche exprès pour avoir la paix.

Cet hiver, il y avait des jeunes, c'étaient pas des SDF, qui ont jeté plusieurs fois nos affaires dans le canal ou dans les poubelles, pour s'amuser.

Mais le plus dur dans la rue, c'est la nuit, le froid, le vent, la pluie.

Jessie

Moi je préfère dormir sous un escalier avec des rats plutôt que dehors.

Nathalie

Il y a un mois, j'ai fait une hypothermie. J'ai passé la journée sous perfusion à l'hôpital et puis je suis retournée dans la rue. Des fois, je dors dans des buissons.

Jessie

Certains commerçants sont solidaires. On leur donne un coup de main et ils nous donnent de la nourriture. Surtout dans la rue Honoré Euzet.

Nathalie

Moi c'est un resto "à emporter" de la rue Mario Roustan qui m'apporte ce que les clients ne sont pas venus chercher.

Jessie-Nathalie

Sans abri, c'est difficile d'avoir beaucoup d'affaires. On met tout dans un sac qu'on transporte avec nous. Dans certaines villes, il y a des vestiaires pour les sans abris, c'est bien.

On peut trouver à manger et aussi des vêtements mais on manque surtout de sous-vêtements et de produits d'hygiène. Rester propre c'est important. Mais c'est difficile. On n'a pas toujours accès aux douches. Dans certaines, l'eau qui coule est froide. Les autres, à Victor Hugo sont fermées à cause des travaux. On a besoin de lingettes nettoyantes.

Oui le plus dur pour nous, c'est l'hygiène, surtout quand on a nos règles.

Nathalie

Les toilettes publiques sont parfois fermées et là, tu es obligée de faire tes besoins dans la rue. Je le fais parfois entre deux voitures. Pas le choix...

Jessie-Nathalie

La vie dans la rue, dans la journée tu t'y habitues, surtout quand tu as pratiquement connu que ça.

Mais dormir dehors, c'est dur. Et quand tu trouves un squat, tu as toujours peur d'être agressée ou d'être délogée.

Jessie

Ce que j'aimerais, c'est avoir une petite caravane.

Nathalie

Moi j'aimerais bien avoir un appart.

Jessie-Nathalie

Ce qu'on voudrait surtout, c'est être respectées. C'est notre droit.

 

 

Partager cet article
Repost0

L'avis du Schtroumpf grognon...

Publié le par Dessins Miss Lilou

Partager cet article
Repost1